Gims, chanteur, est l'invité d'Ali Baddou à 7h50. Après la sortie de son nouvel album Transcendance en avril dernier, il sera le 28 septembre en concert au Stade de France.

Habitué au succès, Gims (anciennement connu sous le nom de Maître Gims) donne fin septembre un concert événement au Stade de France. "Depuis que j'ai fait la folie de l'annoncer, il y a un stress permanent. J'ai la boule au ventre depuis ce moment-là", déclare-t-il. S'il a l'air de prendre la vie et ses galères avec recul (son bateau a brûlé cet été en Corse, il était le soir même sur scène pour chanter), il explique : "Je relativise, je me dis que je suis là, en vie, qu'il y a des gens sûrement plus riches et plus connus que moi qui ne sont pas forcément en bonne santé, ça aide à relativiser, à être heureux". 

Gims a interprété également un duo avec Sting : "_Il a été du reggae à la pop, au rock... C'est l'un des plus grands mélodistes de ce siècle_, ce qu'il fait est incroyable", dit-il, affirmant avoir connu l'artiste par la voie du hip-hop : "J'ai découvert "I'll Be Missing You" par P. Diddy, quand j'ai appris que ce titre était une chanson de Sting, j'ai pris une claque". 

Il revendique ainsi la place de plus en plus importante de la mélodie dans le rap. "Depuis dix ans maintenant, tous les rappeurs chantonnent, on n'invite plus le RnB où les filles venaient faire les refrains, maintenant les rappeurs le font eux-mêmes", explique-t-il. 

Interrogé sur son rapport au public, Gims explique que la scène est pour lui "_le côté le plus fort, grand rendez-vous avec le public_. C'est impressionnant, on a parfois plus envie de quitter la scène, on est habité à ce moment-là". Et c'est encore plus le cas quand il se rend en Afrique occidentale, d'où il est originaire : "Quand j'arrive au Congo ou en Côte d'Ivoire c'est encore différent, c'est beaucoup plus loin, il y a ce côté d'inaccessibilité où on se dit que je ne vais pas rester longtemps, alors les gens sont déchaînés, c'est encore plus intense".

Pour autant, le chanteur dit encore ignorer les raisons de son succès jusque dans le "Central Massif" : "Ça me dépasse, encore aujourd'hui. Je me dis qu'on est tellement nombreux, qu'il y a plein d'artistes, que j'ai de la chance de pouvoir réunir un public de 7 à 77 ans... pourvu que ça dure !"

  • Légende du visuel principal: Gims © AFP / Valérie Hache
Les invités
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.