Jean Dujardin, acteur, est l'invité d'Ali Baddou à 7h50. Il est à l'affiche du film "J'Accuse" de Roman Polanski, en salles mercredi 13 novembre.

Invité ce vendredi matin sur France Inter, Jean Dujardin a réagi aux révélations de l'actrice Adèle Haenel, avec qui il a partagé l'affiche du dernier film de Quentin Dupieux, "Le Daim". "J'ai beaucoup d'affection et de compassion pour elle", déclare l'acteur. "J'ai tourné avec elle, j'ai toujours ressenti sa grande rage, sa colère. Cette blessure, je la pressentais, mais je ne savais pas qu'elle serait aussi profonde. Je l'ai découverte comme tout le monde. Je pense à elle, évidemment". 

L'acteur oscarisé est à l'affiche de "J'Accuse", le dernier film de Roman Polanski, primé à la Mostra de Venise, dans lequel il joue le rôle du lieutenant-colonel Marie-George Picquart, qui a agi pour la réhabilitation d'Alfred Dreyfus. "Le film n'est pas à charge ou à décharge, il raconte l'histoire telle qu'elle s'est passée", dit-il. Pour lui, l'histoire a la puissance d'un véritable thriller : 

"Parfois l'Histoire a plus de talent que les scénaristes"

"Roman [Polanski] travaille comme un metteur en scène anglo-saxon : il est d'accord pour qu'un acteur lui propose des choses (...) Peut-être que sur ce rôle je me suis moins planqué : le personnage de Picquart s'imposait à moi, je ne peux pas le surjouer, je laisse passer l'Histoire devant moi. Il n'est pas question que je brille : il y a des rôles, comme OSS, pour ça, et puis il y a des rôles où l'Histoire est plus grande", dit Jean Dujardin, qui explique qu'il y a une part de "devoir de mémoire".

  • Légende du visuel principal: Jean Dujardin © AFP / Christophe Simon
Les invités
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.