L'année aura été marquée par la montée des populismes. Du Brexit à l'élection de Trump, ce phénomène a pris une ampleur considérable. L'historien est l'invité d'Ali Baddou

Pierre Rosanvallon lors d'un colloque sur Michel Rocard à l'Assemblee nationale en septembre 2016
Pierre Rosanvallon lors d'un colloque sur Michel Rocard à l'Assemblee nationale en septembre 2016 © Maxppp / Vincent Isore

L'historien estime aujourd'hui que François Hollande a raison quand il dit que les démocraties sont menacées. Selon Pierre Rosenvallo, la démocratie est une "forme périssable" :

"On a parlé de vétocratie, qui veut dire que le système dysfonctionne. Pour gouverner il faut des idées homogènes, parrallèles,n et ça c'est difficile [...] Aujourd'hui on a l'impression que les démocraties sont flottantes, et dans ce cas, ce ne sont pas les bons aspects qui vont surnager".

Populisme, le mot de l'année

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.