À la veille d'un nouveau samedi de mobilisation du mouvement des "gilets jaunes", Éric Morvan, directeur général de la police nationale (DGPN), est l'invité d'Ali Baddou à 7h50.

La police nationale "n'a pas besoin de cagnotte", pour Éric Morvan. Invité sur France Inter, le directeur général de la police nationale a affirmé que "cette fracture qui se manifeste à coups de cagnottes peut, à certains égards, friser l'indécence". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Après plus d'un mois et demi de mobilisation, "nous sommes concentrés et déterminés", explique Éric Morvan "surtout mobilisés et il y a aussi de la fatigue - nous ne sommes pas des robots - la lassitude, la certitude que le mouvement nous éloigne de notre cœur de métier (...)

Cela aura des conséquences sur le niveau général de la délinquance, quand on se consacre à ces mouvements, on s'éloigne de notre cœur de métier

A la veille d'un nouvel "acte" de la mobilisation, Éric Morvan affirme que la police anticipe "une mobilisation plus forte que samedi dernier, un niveau qui se rapproche de celui d'avant les fêtes", alors même "qu'aucune manifestation n'a été déclarée, y compris à Bourges", où le gros de la mobilisation est pourtant attendu. 

En France, les manifestations n'ont pas à être autorisées, mais elles doivent être déclarées : c'est pour protéger, pas pour avoir un droit de regard sur les manifestations 

"Il y a une stratégie organisée de l'inorganisation", explique le directeur général de la police. "Nous n'avons pas affaire à la même population depuis le début du mouvement, il y a eu un glissement : au début ce mouvement spontané était, par essence, inorganisé, aujourd'hui il est de moins en moins spontané", ajoute-t-il. "Il y a une sorte de stratégie du coucou : le mouvement a donné l'occasion à certains, qui ne se reconnaissent pas dans les valeurs démocratiques, de s'inviter dans le débat, à leur manière". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Sur les accusations de violences policières, Éric Morvan tient à rappeler que l'on "n'est pas en train de parler d'une bagarre d'écoliers dans une cour de récréation". S'il assure que l'usage des armes est très encadré, il souligne le fait que "rétablir l'ordre public, c'est utiliser des armes", et que cela peut représenter un risque de blessures. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Eric Morvan © AFP / Thomas Samson
Les invités
L'équipe
Contact