À quoi sert la littérature ? L’écriture était-elle un remède à la perte et à la souffrance ? Le neuro-psychiatre Boris Cyrulnik publie “La nuit, j’écrirai des soleils” (Odile Jacob) ; il était l’invité de France Inter vendredi matin.

"Nous avons constaté que parmi les créatifs, il y avait un nombre anormalement élevé d'orphelins", raconte Boris Cyrulnik, psychiatre, invité de France Inter vendredi matin. "Nous nous sommes demandés quel rapport il pouvait y avoir entre l'orphelinage et la créativité dans toutes ses formes. Parce que probablement, l'identité n'est plus contrainte. Comme disait Jean-Paul Sartre, 'n'ayant pas eu de père, j'avais toutes les libertés', donc c'est une nouvelle manière de poser le problème psychologique après un trauma" raconte-t-il.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le psychiatre estime que "c'est dans la souffrance" que l'on est contraints de faire un choix crucial : "Ou bien l'on reste mort, ou bien l'on se remet à vivre".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: Boris Cyrulnik © AFP / Ludovic Marin
Les invités
Les références
L'équipe
Contact