Le réalisateur français Jacques Audiard, palme d'or 2015 pour "Dheepan" est l'invité d'Ali Baddou à l'occasion de la sortie de son nouveau film "Les Frères Sisters". Il en parle en exclusivité sur France Inter.

A propos de son nouveau long-métrage, "Sisters", histoire de deux frères sur fond de ruée vers l'or dans une Amérique de western, Jacques Audiard explique : "A cette époque-là, la ruée vers l'or est la première utopie, guidée par la cupidité".  

Le livre de Patrick de Witt [dont le film est tiré, ndlr] m'a poussé au western. C'est une littérature assez précieuse : mes héros sont des ploucs qui parlent comme des marquis 

"Le cinéma a été mon éducateur entre 12 et 16 ans ajoure le réalisateur, qui explique pourtant n'avoir jamais eu trop de goût pour le western : 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le masculin est intéressant quand ses qualités ou son style de virilité sont en train de s'effondrer    

Le film possède une place particulière à travers l'oeuvre de Jacques Audiard, puisqu'il évoque une histoire de fraternité, qui résonne avec l'histoire intime du réalisateur. Ce qui n'était, dit-il, pourtant pas son intention de départ  : "L'inconscient est con, ou alors c'est juste moi (...) Et tout à coup, quelqu'un dit c'est limpide, tu vas le dédier à François ( le frère aîné du réalisateur, mort quand il était jeune, ndlr). Mais c'est une comédie vous savez !"     

Après avoir fait 25 ans de tour du monde à travers les festivals de cinéma, Jacques Audiard fait aussi remarquer : "Je veux bien qu'on me reprenne, mais c'est un fait, il y a peu de femmes à la tête d'un festival", citant une seule exception, pour un petit festival du Colorado.

Sur le sort d'Oleg Sansov, cinéaste ukrainien en grève : "J'ai été très frappé par la tribune  de Littell parue cet été [Dans le journal Le Monde],  j'ai peur que nous apparaissions comme des fantoches, utilisés, mais ça pose la question : quoi faire?"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les invités
L'équipe
Contact