Mona Ozouf, historienne spécialiste de la Révolution française, était l'invitée d'Ali Baddou à 7h50 à l'occasion de la sortie du livre "Mona Ozouf, Portrait d'une historienne". Elle a réagi à l'actualité : "Le grand débat national va peut-être fournir un stock d’archives important aux historiens”.

Invitée de France Inter à l'occasion de la sortie d'un livre qui lui est consacré, "Portrait d'une historienne", Mona Ozouf, spécialiste de la Révolution française, a notamment réagi à l'actualité de ces derniers mois, agitée par le mouvement des "gilets jaunes". "Un historien de la Révolution ne peut pas considérer le mouvement des ‘gilets jaunes’ sans retrouver de vieilles connaissances comme les cahiers de doléances. Le grand débat va peut-être fournir un stock d’archives important aux historiens". 

"Ce ne sont pas les mots que l'on retrouve seulement, ce sont aussi les questions. La question de la représentation surgit immédiatement avec la Révolution française. Les délégués des Etats généraux commencent à se déclarer Assemblée nationale, ils abandonnent qu'ils sont des mandataires. Ils seront représentants de la Nation française" a rappelé l'historienne. 

"L'ensauvagement du langage annonce, prépare et fabrique l'ensauvagement des actes"

La mélancolie qui se dégage de la déclaration d’Alain Juppé est en partie la nôtre, en particulier devant l’ensauvagement du langage. La résurgence d'un langage de vulgarité et de trivialité rappelle la Révolution française dans son côté excessif et outrancier mais nous rappelle aussi des choses inquiétantes (...) L'ensauvagement du langage annonce, prépare et fabrique l'ensauvagement des actes” a également expliqué Mona Ozouf.

Légende du visuel principal:
Mona Ozouf © Getty
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.