Yann Moix a signé, dans le magazine Paris Match, un reportage sur son voyage en Corée du Nord en compagnie de Gérard Depardieu. L'écrivain et réalisateur est l'invité d'Ali Baddou à 7h50.

A propos de ce voyage en Corée du Nord, effectué en compagnie du comédien Gérard Depardieu, Yann Moix explique : "Je me suis invité tout seul (...) Là-bas vous ne pouvez pas entrer dans le pays si vous n'y êtes pas officiellement invité. Vous allez à la délégation dans le XIVe arr. de Paris, vous exposez votre projet et vous demandez un visa( ...) C'est la troisième fois que je me rends là-bas."

Comment a-t-il convaincu l'acteur français de l'accompagner? L'écrivain raconte : "Un jour, j'avais un rendez-vous à 9h a la délégation, et à 10h avec Depardieu pour des raisons totalement divergentes, et, comme deux silex, ces deux rendez-vous se sont frottés dans mon cerveau" : 

J'ai dit 'Est-ce que, Gérard, ça te dirait d'aller en Corée du Nord'? Il a ouvert son calepin et il a dit : 'Quelle date' ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'écrivain a ainsi fait cohabiter les 70 ans de Gérard Depardieu avec les 70 ans du régime Nord-Coréen : "J'ai eu l'idée de filmer Gérard , il m'a dit ni oui ni non, j'ai filmé... J'arrive à 1h et demi de film, que je vais appeler '70'".

Voir ces deux monstres opaques mêlés l'un à l'autre était une expérience absolument hors-norme

"Grace a Gérard, j'ai vu des êtres humains qui me ressemblait, je les ai vu s'ouvrir comme des fleurs" poursuit-il. Aller en Corée du Nord sans juger ? "C'est possible (...) Mais les gens là-bas ne sont pas des ectoplasmes" explique l'écrivain, qui dit aussi : "Il y a un camp de concentration dans lequel 250 000 détenus se trouvent, dont certains ne savent même pas qu'ils sont en Corée du Nord".

"L'accès à l'info là-bas est quasi nulle sauf pour l'élite (...) Il serait insupportable de revenir en faisant un chant poétique à la gloire du grand leader (...) Je vais essayer d'y retourner pour des cours de littérature".   

Il faut comprendre à quel point la liesse est intégrale et voulue

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Yann Moix raconte cette population qui voue un "amour inconditionnel à une créature politique qui n'est pas forcé, et c'est vrai que ce spectacle donne le vertige, un spectacle amoureux".     

"Techniquement je ne vois pas comment je pourrais complaire à ce régime, j'y vais, je vais voir ce qui se passe dans ce pays (...) Il y a des êtres prêts à vous parler dans certaines conditions."     

Gérard Depardieu aurait "bien voulu rencontrer Kim Jong Un". Le leader nord-coréen "est en train peut-être de créer des relations inédites avec ses homologues du sud (...) mais il est probable que les deux Corées restent antinomiques encore longtemps."

  • Légende du visuel principal: Yann Moix au micro de Sonia Devillers dans l'Instant M, le 14 juin 2017 (capture d'écran tirée de la vidéo de l'émission) © Radio France /
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.