Gilles Lipovetsky, philosophe, auteur de "Plaire et Toucher, essai sur la société de séduction", est l'invité d'Ali Baddou à 7h50.

Gilles Lipovetsky revient avec Ali Baddou sur l'extension du régime de séduction à tous les pans de la société, objet de son dernier ouvrage Plaire et Toucher, essai sur la société de séduction (Gallimard).  

La ruée vers les cadeaux bat son plein, et l’individu moderne  définit par Gilles Lipovetsky comme un "turbo consommateur", trouvera des instants de satisfaction dans cette consommation.  Noël est un miroir grossissant de la société de consommation qui est une société de séduction. 

C’est passé d’une fête de type religieuse à une fête commandée par la séduction. Il faut plaire aux enfants, et donner du bonheur aux parents. 

Pour le philosophe, on n’arrive pas à ce que la séduction consumériste crée le bonheur,  elle crée des moment de satisfaction. 

Le titre de son livre s'inspire de Racine, au moment où il a été défini que le théâtre doit plaire et toucher le public,  c’est devenu la grande loi du théâtre : émouvoir le public. 

Cette formule est devenue la loi de notre monde

La séduction n’est plus seulement une technique de manipulation. 

La séduction est le propre des êtres vivants

Depuis qu’il y a des êtres vivants, il y a des phénomènes de séduction.  Toutes les sociétés se sont attachées à juguler cela notamment par les mariages arranger ?

Or, la séduction est devenue une affaire privée. Le basculement est daté du XVIIIe siècle, avec les naissances hors mariages, les villes qui ont permis de sortir les gens de la surveillance villageoise. Le code de l’amour renvoie à des goûts personnels. On en est arrivé à l'invention du flirt et de la drague, jusqu’à AdopteUnMec.com. 

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.