Stéphane Bern, journaliste et chargé de mission pour le patrimoine est l'invité d'Ali Baddou à 7h50

Pour Stéphane Bern, il y a un enjeu économique derrière la rouverture des sites patrimoniaux en France. "Il y a des sites qui peuvent être visiter en respectant les règles sanitaires. On a obtenu la réouverture des châteaux de la Loire, à l’exception de Chambord. Nous avons visité la maison de Tante Léonie , la maison chère à Marcel Proust, il n’y a aucun problème vis à vis des règles sanitaires". 

Stéphane Bern rappelle l'existence de la campagne #jevisitelafrance et du collectif Patrimoine2.0, avec lequel il travail et pour lui il faut qu’on gagne cette guerre contre le virus, mais après, "la culture, c’est la chose qui nous sauvera. Il n’y a pas que l’économie dans la vie, il y a la culture de l‘économie" 

"Le tourisme patrimonial de proximité dope l’économie locale ; on fait revivre les villages, toute l’économie a été mise à l’arrêt dans nos villages où se trouve 52% du patrimoine national". 

Chargé de mission pour le patrimoine, il concède avoir du mal à comprendre la cohérence des règles, comme visiter un château mais pas son parc, par exemple, notamment dans les grands châteaux.

"Je ne comprends pas la fermeture des grands sites comme Chambord ou Versailles, un château pas visité c’est pire que trop visité. C’est facile de maîtriser le flux des visiteurs, plus facile que dans les petits sites".

Évoquant le cas du Puy du fou, il rappelle qu' " il y a 2 500 intermittents qui méritent de travailler. Surtout qu'en plein air, où les normes sanitaires sont facilement respectables." 

Il pointe du doigt les réticences de certains, "le droit de retrait évoqué par certains", qui a pour conséquence la non réouverture de site comme celui du Louvre ou de Versailles.

"Auprès du ministère de la Culture, certains syndicats font tout pour que des grands sites n'ouvrent pas, il y a des réticences pour ouvrir au public de certaines personnes".

"Dès que les premiers sites vont ouvrir et qu’on va voir que ça se passe bien, d’autres vont gagner en confiance ; je pense que d’ici le 2 juin la plupart rouvriront, je me bats pour ça, je fais une pression de dingue" explique-t-il. 

"J’essaye de dire la culture c’est ce qui nous sauvera". 

  • Légende du visuel principal: Stéphane Bern © AFP / Francois GUILLOT / AFP
Les invités
  • Stéphane BernAnimateur de radio et présentateur de télévision, chargé d’une mission de préservation du patrimoine par le Président de la République
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.