Fabrice Arfi, journaliste et responsable du pôle "enquêtes" à Mediapart, est l'invité d'Ali Baddou à 7h50.

Interrogé après le passage de Nicolas Sarkozy au journal de 20h de TF1, qui a plaidé son innocence après sa récente mise en examen dans l'affaire des financements libyens de sa campagne en 2007, Fabrice Arfi est formel :"Selon le code de procédure pénale, une personne mise en examen a le droit de l mentir, c'est ce qu'a fait Nicolas Sarkozy. On peut prendre les points un par un et les démonter".

"Un événement inédit dans l'histoire française", voilà comment Farbice Arfi considère cette mise en examen de l'ex-chef d'état : "Nous on travaille depuis juillet 2011 dans cette affaire"   

À propos du document Mediapart que Nicolas Sarkozy a brandi sur le plateau de TF1 :  "ce document est vrai, c'est dit dans l'enquête judiciaire". 

Mediapart n'est plus le problème de Nicolas Sarkozy, [maintenant] ce sont les juges d'instructions

"En 2007 on est en pleine lune de miel entre la France de N. Sarkozy et la Libye de Kadhafi"  explique Fabrice Arfi, qui note au passage quelques anecdotes éclairantes : "Il y a des éléments matériels dans ce dossier, contrairement à ce que dit Nicolas Sarkozy"

Il est acquis au dossier que la campagne a été inondée de cash  

Fabrice Arfi a aussi rappelé que dans le dossier judiciaire, il y a "les carnets manuscrits de l'ancien ministre du Pétrole et de l'ancien Premier ministre libyen" qui "consignent les versements pour Nicolas Sarkozy". Ces carnets ont été "authentifiés par trois justices européennes : hollandaise, norvégienne et française".

"Nous on lève des lièvres, et c'est à la justice de s'en emparer (...) Aujourd'hui du point de vue des juges, il y a un faisceau d'indices graves et concordants."

Légende du visuel principal:
Fabrice Arfi © Maxppp / Thierry Breton
Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.