Annette Wieviorka et Danièle Voldman, historiennes, sont les invitées d'Ali Baddou à 7h50.

Dans “Tristes grossesses”, les historiennes Danièle Voldman et Annette Wieviorka remettent en avant "l’affaire du couple Bac", qui a déclenchée dans les années 1950 le mouvement pour la contraception. En 1954, les Bac, mari et femme, ont été condamnés à 7 ans de réclusion parce qu'ils avaient laissé mourir leur quatrième bébé. La gynécologue Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé avait alors lancé une campagne pour sensibiliser le public aux conséquences des maternités non désirées. 

Ils s'appelaient Claude et Ginette Bac, des gens simples, et "Ginette depuis l’age de 18 ans, a eu un enfant chaque année", rappellent les deux historiennes.

Arrivée à la cinquième grossesse Ginette n'a plus réussi à s'occuper du dernier bébé, une petite fille de quelques mois, qu'elle n'arrivait plus à allaiter. Plongée dans une dépression profonde, Ginette a laissé sa fille dépérir dans une pièce, sans que personne ne s'en rende compte, même son mari. Après la condamnation des époux Bac, leurs trois enfants ont été recueillis par la famille.

La gynécologue Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé s'est emparé de l'affaire pour remettre en cause l’interdiction de la propagande sur la contraception.

Depuis la loi Neuwirth, puis la loi Weil ont donc été adoptées et sont entrées dans les mœurs. Mais régulièrement le droit à l'avortement est remis en question, ce qui indigne Annette Wievorka. "Ça m’indigne, mais en tant qu’historienne on n’est jamais étonnée de voir resurgir des choses anciennes". "Rien n’est jamais gagné. On croit qu’on va vers le progrès, mais rien n'est jamais gagné, ni sur le plan politiuqe ni sur le plan sociétal" renchérit Danièle Voldman.

Annette Wievorka trouve "stupéfiant" de voir l'engouement actuel pour la méthode de contraception dite naturelle (après les ratés bien connus de la méthode Ogino).

Légende du visuel principal:
Danièle Voldman et Annette Wieviorka © Hermance Triay / Seuil
Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.