Hubert Salaün, porte-parole de la PEEP (Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public), est l'invité du 6h20.

Établissements scolaires fermés, vacances dézonées, et cours à distance : les parents vont devoir se réorganiser pendant les prochaines semaines. 

"On était dans une situation extrêmement compliqué pour les familles avec l'inquiétude, on arrive sur quelque chose de plus sûr, donc la peine n'est pas très sévère, simplement cela va obliger les parents à revoir les organisations. En tous cas, c'est simple, en ce moment, on a besoin de règles simples" explique le porte-parole de la PEEP.

"On était dans une incertitude très difficile pour les parents et les enseignants, comme cette directrice qui confiait attendre avec angoisse chaque matin le coup de fil d'un parent pour dire que son enfant était malade et devoir ainsi organiser le retour de tous les autres à la maison".

Pour ceux qui sont plus en difficultés, dans certaines familles, Internet passe par le téléphone ou la tablette, "ce qui n'est pas simple pour travailler, comme la qualité du débit. Si les élèves se manifestent auprès des enseignants, cela peut fonctionner".

Il anticipe les centres de loisirs et le périscolaire, dont l'ouverture va être "compliqué". "Ce qui nous inquiète plus, ce sont les élèves de collèges et de lycées qui auront envie de se retrouver dans la rue, dans les parcs. Si vous avez des lycéens, si vous les laisser aller où ils veulent, ce n'est pas ça qui va limiter l'épidémie, c'est plus facile quand il y a des cours". 

Les invités
  • Hubert SalaünPorte-parole de la fédération des Parents d'Élèves de l'Enseignement Public (PEEP)
L'équipe
Contact