Frédérique Rolet, professeure de Lettres, secrétaire générale du SNES-FSU, est l'invitée de Mathilde Munos.

Frédérique Rolet
Frédérique Rolet © AFP / JACQUES DEMARTHON / AFP

Frédérique Rolet, secrétaire générale du SNES-FSU explique, que face à gestion de la crise sanitaire causée par le coronavirus, dans les écoles, "on a eu un sentiment de grande confusion". "Le ministère n'a pas pris la hauteur de la situation, les établissements ne sont pas équipés" pour les solutions d'hygiène de base, comme les masques, ou lotions hydro-alcooliques.

"Les médecins scolaires et infirmières sont une denrée rare dans les écoles et n'ont pas le matériel dont dispose les hopitaux" poursuit cette professeure qui "ne ressent pas, pour l'instant, de sentiment de panique généralisée, mais énormément de questions et d'inquiétude".  

"Les décisions sont laissées à la seule gestion du chef d'établissement" rappelle-t-elle, en expliquant par exemple que "tous les voyages a l'étranger sont interdits, y compris ceux en cours qui sont écourtés", mais que des incohérences persistent, comme l'interdiction de voyage scolaire en Chine mais "ceux qui reviennent de voyage dans ce pays avec leur parents peuvent revenir en cours".  Quand l'établissement scolaire est en quarantaine : il y a une "mise en place de cours en ligne par le CNED".  

Enfin sur le recours au 49-3 pris par le gouvernement pour la réforme des retraites : "Les enseignants sont toujours extrêmement remontés, le combat n'est pas perdu", réagit Frédérique Rolet, en annonçant déjà "une journée d'action mardi prochain, avant une nouvelle journée de grève dans des délais rapides".

Les invités
  • Frédérique RoletSecrétaire générale du Syndicat National de l'Enseignement du Second degré (SNES)
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.