Clément Pairot, auteur de "Democrazies - un frenchie dans la campagne de Bernie Sanders" (Editions Qui mal y pense) est l'invité du 5/7 à 6h20 avec Mathilde Munos.

Joe Biden a effectué un spectaculaire retour en force dans la course à l'investiture démocrate pour affronter Donald Trump, même si son rival Bernie Sanders a résisté, laissant augurer d'un âpre et long combat.  

"Cela clarifie le jeu", estime Clément Pairot.

Fort d'une impressionnante série de victoires à l'occasion du "Super Tuesday", l'ancien vice-président de Barack Obama a désormais le vent en poupe dans une primaire dans laquelle tout va très vite et où "Bernie" était archi-favori il y encore deux semaines.  

Du Maine à la Californie, plusieurs millions d'Américains se sont rendus aux urnes pour participer à la désignation de l'adversaire de Donald Trump qui briguera le 3 novembre un deuxième mandat de quatre ans. 

Joe Biden, 77 ans, a devancé son grand rival, Bernie Sanders, 78 ans, dans huit Etats : Virginie, Caroline du Nord, Alabama, Oklahoma, Tennessee, Arkansas, Minnesota, Massachusetts.  Mais le sénateur du Vermont qui se revendique "socialiste" devait selon toute vraisemblance l'emporter en Californie, Etat crucial en termes de nombre de délégués.

Bernie se présente comme démocrate et socialiste. "Il a un programme de centre gauche européen, une stratégie radicale, d'insurrection par les urnes, avec un retour massif au vote, et enfin une refonte du capitalisme", explique Clément Pairot.   

  • Légende du visuel principal: Bernie Sanders © AFP / Collin Berniesa
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.