La campagne de vaccination franchit une nouvelle étape avec l’ouverture de vaccinodromes ce mardi : Elias Orphelin, contributeur du site Covidtracker, est l'invité du 6h20.

De nouveaux lieux pour se faire vacciner contre la Covid ouvrent aujourd’hui : le stade de France à Saint-Denis, le stade Océane du Havre, le parc des expositions de la Beaujoire à Nantes, sans compter les hôpitaux des armées. Cela fait des milliers de places en plus chaque jour, et pour faciliter les prises de rdv, il existe un nouvel outil, Vitemadose, développé par des spécialistes des données : ceux qui ont inventé le site CovidTracker, qui fait désormais référence en matière de suivi de l’épidémie. 

"Il y a plusieurs plateformes pour réserver un rendez-vous, qui sont décentralisées. Mais il n'y a pas de point d'entrée unique pour prendre un rendez-vous, peu importe là où l'on habite, c'est chose faite avec ce site" explique Elias Orphelin. Il faut quand même aller sur les plateformes, mais il y a une mise en contact entre la personne qui veut se faire vacciner et les créneaux disponibles.

La courbe des vaccinations va remonter

Si on regarde les chiffres, selon le développeur, on approche les 3,5 millions de personnes qui ont reçu une dose, environs le double avec une seule : "On vaccine 270 000 personnes par jour en moyenne. Astra Zeneca est revenu, à hauteur de 35% dans les vaccinodromes. La courbe des injections suit de très près celles des vaccinations". Dans les prochains mois, l'accélération des fabrications de doses devrait, selon lui, permettre de tenir les échéances fixées par le gouvernement. 

Pour Elias Orphelin, les vaccinodromes sont plutôt un symptôme que la raison de l'accélération : on les met en place parce que l'on réceptionne désormais davantage de doses de vaccin. 

Les données recueillies permettent de faire le point sur la situation : la région de France qui vaccine le plus reste la Corse, et sur le continent, c'est la Bourgogne, mais par exemple l'Ile-de-France est assez en retard. 

Quelles sources pour les données utilisées par ces sites? Aujourd'hui la majorité des données utilisées par le gouvernement sont en libre accès, mais pour les traiter et développer de nouvelles fonctionnalités, "une centaine de développeurs travaillent sur Vitemadose, de 7h à 3h du matin, pour développer les algorithmes et collecter les données sur toutes les plateformes". Il précise enfin que Covidtracker est gratuit, sans publicité, juste les dépenses d'entretien du site: "On est complètement indépendant"

  • Légende du visuel principal: 18 résidents seront vaccinés © Radio France / Julie Pietri
Les invités
L'équipe
Contact