Des médecins, enseignants-chercheurs et ingénieurs ont voulu vérifier s'il existait une association entre les avantages offerts par l'industrie pharmaceutique aux médecins et l'efficacité de leurs prescriptions. Le Dr Bruno Goupil, auteur de l'étude, est l'invité de Mathilde Munos

Une étude menée par des chercheurs et des médecins démontre que les médecins qui n'ont jamais reçu de cadeaux prescrivent en moyenne des médicaments moins coûteux
Une étude menée par des chercheurs et des médecins démontre que les médecins qui n'ont jamais reçu de cadeaux prescrivent en moyenne des médicaments moins coûteux © AFP / VOISIN / Phanie

"On a croisé le montant des cadeaux offerts par les laboratoires (restaurants, nuits d'hôtel... Ces cadeaux sont disponibles dans une base de données), et les prescriptions de médecins généralistes" explique Bruno Goupil, qui est formel sur le résultat : "Les médecins qui n'ont jamais reçu de cadeaux prescrivent en moyenne des médicaments moins coûteux pour l'assurance maladie, comme des génériques."

"Dans notre étude, on a uniquement cherché des associations statistiques", dit le médecin et chercheur :

Ces cadeaux ont bien une influence sur les prescriptions : la publicité, ça marche, il n'y a pas vraiment de repas gratuit.

"On trouve des associations entre le fait de recevoir un cadeau (pas individuellement, mais en groupe) et d'avoir des pratiques de prescriptions plus mauvaises", poursuit-il, "Cela pose la question de pourquoi ces firmes dépensent des milliers d'euros en marketing". 

Et le phénomène est large : "Ce n'est pas uniquement chez les médecins généralistes". La raison, pour Bruno Goupil, est simple : "Les médecins veulent le meilleur pour leur patient, et sont peu - voire pas du tout - formés aux techniques d'influences des labos pharmaceutiques, ils ne pensent pas pouvoir être influencés."

90 % des médecins ont reçu un cadeau entre 2013 et 2016, c'est une norme, et une influence inconsciente.

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.