Julien de Labaca, consultant sur les nouvelles mobilités, est l'invité de Mathilde Munos. La maire de Paris a annoncé des mesures pour mettre fin à l'anarchie des trottinettes électriques, qui se sont multipliées depuis un an en l'absence de tout cadre légal et sont la cause d'un nombre croissant d'accidents.

Paris compte aujourd'hui 12 opérateurs, qui ont mis en circulation plus de 20.000 trottinettes électriques.

Julien de Labaca : "C'est le bazar à Paris, c'est le bazar ailleurs, car nous ne sommes pas habitués à traiter avec ce type d'opérateurs. Jusqu'à présent, il n'y a pas de réglementation. C'est en train de se mettre en place. La question est de savoir comment faire de la fiscalité sur la mobilité."

La trottinette, c'est le paracétamol de la mobilité, je dis cela car les collectivités ont du mal à installer une vraie politique du vélo. Ceux qui prennent la trottinette disent 'on veut du stationnement et  des pistes cyclables'

  • Légende du visuel principal: Depuis janvier 2019, la police municipale parisienne verbalise les usagers qui roulent sur les trottoirs (135 euros d'amende) et les stationnements anarchiques (35 euros). Elle multiplie également les mises en fourrière. © AFP / ANITA POUCHARD SERRA / HANS LUCAS
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.