Les Américains ont voté pour les élections de mi-mandat. Marie-Cécile Naves, politologue, spécialiste des droites américaines, auteure du livre "Trump, la revanche de l'homme blanc" (textuel) est l'invitée de Mathilde Munos.

Donald Trump dans l'Indiania, à Fort Wayne, à la veille des élections de mi-mandat
Donald Trump dans l'Indiania, à Fort Wayne, à la veille des élections de mi-mandat © AFP / Jim WATSON

Les républicains conservent le Sénat mais perdent la Chambre des Représentants.

Le Président américain Donald Trump a revendiqué mardi soir un "immense succès" électoral et a remercié ses partisans qui ont permis aux républicains de conserver la majorité au Sénat, même si les démocrates ont pris le contrôle de la Chambre des représentants. Cette chambre représente les citoyens américains au sein de l'Union et constitue la chambre basse du Parlement fédéral.

Elle est composée de 435 sièges, renouvelés entièrement tous les deux ans. Les démocrates avaient besoin de prendre 23 sièges aux républicains pour gagner la majorité. Le site indépendant Cook Political Report prévoit qu'ils s'emparent d'au moins 30 sièges.

Marie-Cécile Naves note que "Ce n’est pas complètement un défaite pour lui [Donald Trump]. Le Sénat reste républicain ; c’est grâce à lui que les républicains sont renforcés". 

C’est un classique pour un président américain de perdre une chambre au moment des élections de mi-mandat. 

On savait qu’il n’y aurait pas de vague bleue. Ça va être compliquée pour le Président. 

La chef des démocrates à la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a promis un nouvel équilibre des pouvoirs aux Etats-Unis alors que les Américains, qui "en ont assez des divisions" selon elle, ont redonné un contrôle partiel du Congrès au parti démocrate. 

"Un Congrès démocrate va œuvrer à des solutions qui nous rassemblent, car nous en avons tous assez des divisions", a déclaré Mme Pelosi, en annonçant la "restauration des pouvoirs et contre-pouvoirs constitutionnels".

Nancy Pelozzi va donc redonner son rôle de contre pouvoir à la chambre des Représentants, on peut parler de cohabitation.

Marie-Cécile Naves : "L’agenda de Trump va devenir compliqué sur des gros sujets comme la réforme de l’immigration illégale et sur les dreamers_, les jeunes qui n’ont plus le statut légal, ainsi que sur la protection sociale. Là-dessus, on peut penser que Trump va devoir s’adresser à un électorat défavorisé qui est le grand perdant de sa politique. Il a détricoté l’_Obama care sans le remplacer"

Donald Trump doit s'attendre, selon Marie-Cécile Naves, à ce que des enquêtes soient engagées par la chambre basse contre lui.  "Elle va exiger sa déclaration fiscale par exemple". 

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.