Le Secours Catholique publie son rapport annuel sur la pauvreté, et les chiffres sont toujours plus alarmants. Véronique Fayet, présidente de l'organisation, est l'invitée de Mathilde Munos sur France Inter à 6h20.

Un an après le Plan Pauvreté annoncé par le gouvernement, le rapport annuel du Secours Catholique publié aujourd'hui est sans appel : "Cela n'a pas changé grand-chose, les 10% les plus pauvres [de la population française] ont perdu du pouvoir d'achat".

Après les annonces du gouvernement faites la veille sur les nouvelles mesures d'immigration, Véronique Fayet analyse : "Les politiques actuelles ne sont pas accueillantes pour les migrants, cela conduit à des situation de violence", dit-elle en évoquant aussi l'évacuation de deux camp de migrants du nord de Paris, qui se déroule alors même que l'interview a lieu, avec 600 policiers mobilisés. 

À propos de ces migrants, elle explique : "On dit qu'ils viennent profiter, c'est faux, ils ne demandent qu'à travailler, d'ailleurs souvent ils le font, avec des petits boulots".   

"Ce que fait le gouvernement c'est d'attiser les peurs, jeter de l'huile sur le feu alors que la population est accueillante"

"La pauvreté ne recule pas, elle s'installe en France", poursuit la présidente du Secours Catholique : "Ce sont surtout des femmes, seules avec des enfants" . Et cette population féminine et fragilisée, vieillit aussi : " 3 femmes sur 10 ont plus de 60 ans, avec de toutes petites retraites, donc en situation de grande précarité".

.Pour Véronique Fayet, l'autre fait alarmant est que cette pauvreté touche "une population de plus en plus diplômée, 16% ont des CDI"  

Évoquant la baisse de l'APL : "Une personnes sur trois est en logement instable (...) et cela a augmenté en 10 ans".   

  • Légende du visuel principal: Véronique Fayet, présidente du secours catholique © AFP / BERTRAND GUAY / AFP
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.