Le Charles-de-Gaulle aura un successeur, lui aussi à propulsion nucléaire, a annoncé mardi le chef de l'État. "La puissance nucléaire confère une autonomie stratégique", explique le général Jérôme Pellistrandi, rédacteur en chef de la Revue défense nationale (RDN).

Emmanuel Macron a annoncé mardi que le futur porte-avions français serait, comme le Charles-de-Gaulle, à propulsion nucléaire, estimant que "notre avenir énergétique et écologique passe par le nucléaire", lors d'une visite sur le site du groupe Framatome du Creusot. "Avec un porte-avion conventionnel, il faut le ravitailler toutes les semaines, c'est une fenêtre de vulnérabilité lorsqu'on est en opération", précise à France Inter le général Jérôme Pellistrandi, rédacteur en chef de la Revue défense nationale (RDN).

  • Légende du visuel principal: Le porte avion Charles-de-Gaulle, dans le port militaire de Toulon. © AFP / Anne-Christine Poujoulat
Les invités
L'équipe
Contact