Armelle Solelhac, présidente directrice générale de Switch, et auteure de l'ouvrage "Management et marketing des stations de montagne" est l'invité de Mathilde Munos.

En France, seules certaines stations de ski ont entamé des réflexions sur la pérennité de leur modèle économique
En France, seules certaines stations de ski ont entamé des réflexions sur la pérennité de leur modèle économique © AFP / SEBASTIEN LAPEYRERE / Hans Lucas

"Un certain nombre de stations retrouvent leur rentabilité avec d'autres activités sportives", affirme Armelle Solelhac, qui tempère quand même : "Celles qui mettent la clé sous la porte sont assez rares". Une raison à ces nouvelles réflexions : "Le modèle économique est plus pérenne et peut être exploité toute l'année, plus seulement sur une courte période". Aujourd'hui, même les stations équipées de canon à neige sont en difficulté : "Pour produire de la neige de culture, il faut quand même une certaine température, quand il fait trop chaud c'est impossible"  

"Il faut repenser les façons d'exploiter touristiquement le territoire, on est obligé de réfléchir à autre chose.   Certaines stations ont entamé cette réflexion à 20 ou 30 ans, mais pas toutes" explique la spécialiste en marketing qui cite d'autres pays en exemple : "en France, on n'est pas exemplaire mais on n'est pas irresponsable. Les Autrichiens, Suisses, Italiens sont plus en avance sur ces réflexions, concernant les énergies renouvelables, sur le chauffage avec panneaux solaires par exemple". Mais selon Armelle Solelha, c'est aux États-Unis que les stations sont le plus avancées sur ces réflexions  : "Certaines reprennent toutes les chaines de valeurs et revoient intégralement leur façon de gérer leur territoire, leur personnel". Dans une région regroupant plusieurs stations, "la totalité des assiettes et des couverts est intégralement recyclable, on utilise plus du tout de papier dans ces destinations : au pays du sandwich, manger avec des couverts de table, c'est pas gagné" reconnait-elle. 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.