Emmanuel Fureix, historien, professeur à l'université Paris-Est Créteil est l'invité de Mathilde Munos.

A Bristol, la statue d'Edward Colston marchand d'esclaves démontée par les civils
A Bristol, la statue d'Edward Colston marchand d'esclaves démontée par les civils © AFP / Giulia Spadafora

Alors que plusieurs monuments ont été attaqués dans le cadre des mouvements de protestation "Black Lives Matter", parti des États-Unis et qui gagnent l'Europe, l'historien constate que "l'intensité de ces mouvements, de ces destructions s'est accéléré depuis 2015". Il note : "Pendant la Révolution Française, on a pas détruit d'abord les statues des rois, mais les signes de féodalité, la noblesse, puis les manifestants se sont attaqués aux signes des monarques, puis aux signes religieux".

"Ce sont des questions liées à des aspects mémoriels", poursuit Emmanuel Fureix, qui évoque les récentes dégradations subies par les statues de figures comme Churchill : "Quels sont les grands hommes qui n'ont pas une ombre à leur tableau ? Mais, "du graffiti au déboulonnage, les statues prennent la température de la société".

Que faire alors de ces monuments ? "L'arbitrage doit être fait par des autorités politiques et démocratiques, comme lorsque l'on nomme les noms de rue. Depuis le 19e sicèle en France, 3 800 statues ont été érigées, toutes n'ont pas donné lieu à des controverses".

Faut-il déboulonner à tous prix ? "Les révolutions ont depuis le début organisé des compromis" rappelle Emmanuel Fureix.  On peut alors imaginer des solutions différentes pour ces statues qui posent problème : "apporter un message explicatif, dans le cas de grands hommes controversés, ou organiser des promenades urbaines comme celles inventées à Bordeaux sur la mémoire négrière de la ville" ou bien encore les "isoler dans un musée pour les dépolitiser".

Et l'historien avance alors la proposition du street-artist Bansky, originaire de Bristol, où, précisement, la statue du négrier Edward Colston a été déboulonnée et jetée à l'eau : il préconise de réinstaller le monument, mais en lui joignant aussi les statues de manifestants en train de le déboulonner.

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.