Après la mort, en l'espace de quelques mois sur le terrain, de quatre jeunes joueurs de rugby, le docteur Jean-François Chermann, neurologue, spécialiste en France des commotions chez les sportifs, est l'invité de Mathilde Munos.

Match de rugby entre Grenoble et Castres le 5 janvier 2019
Match de rugby entre Grenoble et Castres le 5 janvier 2019 © AFP / JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Adrien Descrulhes, 17 ans, Louis Fajfrowski, 21 ans Nicolas Chauvin, 18 ans et Nathan Soyeux, 23 ans : en moins d'un an, ces quatre joueurs de rugby, pro ou amateur, sont morts dans la pratique de leur sport, dont le dernier, il y a quelques jours. Tous les quatre avaient subi des chocs très violents sur le terrain. Les instances du football français avaient pourtant lancé, avant ces drames, un Grenelle destiné à réduire le nombre de blessures et notamment les commotions cérébrales. Du côté de la fédération anglaise, on propose même de tester une mesure : que les joueurs aient sur leur maillot une bande visible, ligne au-dessus de laquelle il sera désormais interdit de plaquer. "Les commotions dans le rugby touchent avant tout le plaqueur", explique justement le docteur Jean-François Chermann.

Les invités
L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.