La ville de Marseille mobilise ses marins-pompiers pour traquer le variant anglais du coronavirus : plusieurs cas ont été détectés ces derniers jours au sein d’un même foyer. Michèle Rubirola, 1er adjointe à la mairie de Marseille chargée de la santé et de la jeunesse, est l'invitée de Mathilde Munos

Michèle Rubirola, ex-maire de Marseille qui a récemment passé la main à Benoit Payan, et qui est aujourd'hui première adjointe de la ville chargée de la santé et de la jeunesse
Michèle Rubirola, ex-maire de Marseille qui a récemment passé la main à Benoit Payan, et qui est aujourd'hui première adjointe de la ville chargée de la santé et de la jeunesse © AFP / NICOLAS TUCAT

"Sur les 23 positifs du cluster signalés, il y a 7 cas du variant anglais [au moins 8 on été identifiés, ndlr]. Il faut encore faire des séquençages" explique l'élue qui affirme que les personnes ont été isolées. 

"La ville de Marseille a fait beaucoup plus que qui ce se passe ailleurs, le bataillon des marins- pompiers s'est mis en ordre de marche pour faire des tests classiques dans les lieux à proximité, ascenseurs, cages d'escaliers...(...) Une cartographie a été réalisée sur 37 bassins descendants; quand on voit que la concentration monte, on accentue les tests dans ces quartiers-là".

Faut-il imaginer une campagne de tests à l'échelle d'une ville entière? "Elle est lancée depuis longtemps, mais nous allons l'intensifier (...) On a surement tardé pour mettre en place le contrôle avec les aéroports du Royaume-Uni. Il faut pratiquer les contrôles, et c'est l'isolement qui pêche un petit peu. Certains ont des difficultés à s'isoler, notamment à Marseille. On travaille avec les services de l'état pour le leur permettre, [trouver des lieux] pour ceux qui n'ont pas la capacité de s'isoler". 

Inutile couvre-feu

"Le couvre-feu ne sert à rien, ou pas grand-chose. Ou alors il faut reconfiner" estime l'élue, médecin de formation. "Entre 18h et 20h, il y a des gens qui vont faire leur course, pas s'amuser ou se regrouper pour prendre des apéritifs. Toutes les mesures ont été prises par les commerçants qui ont vraiment joué le jeu. Maintenant les gens vont se précipiter pour faire leurs courses, et s'ils n'arrivent pas à sortir assez tôt, ils vont tous se retrouver le samedi dans les hypermarchés, là ou le bataillon des marins pompiers a fait des tests : dans 8 hypermarchés contrôlés, ils ont trouvé le virus dans 6". 

"Soit on reconfine, soit on permet aux gens de vivre le plus facilement possible, et je remercie la population qui est quand même obéissante"

Sur la vaccination : elle a lieu "surtout dans les Ehpad et pour les professionnels de santé, à qui on a ouvert 500 points de vaccination, et l'organisation se fait progressivement avec des lieux privés, comme la clinique Clairval. Mais nous portons un projet : ouvrir le stade vélodrome à la vaccination avec les marins-pompiers". 

Les invités
  • Michèle Rubirola1er adjointe à la mairie de Marseille chargée de la santé et de la jeunesse
L'équipe
Contact