Près de quatre millions de personnes vivent avec un cancer dans notre pays et pourtant, cette maladie est encore un tabou. C’est pour libérer la parole qu’une marche est organisée samedi à Paris. Nous en parlons avec Karine Lévy-Heidmann, organisatrice de la première "Cancer Pride" de France.

"Quand on entend 'cancer' on entend 'mort' alors qu'il se guérit dans 60 % des cas" regrette Karine Lévy-Heidmann, organisatrice de la première "Cancer pride" qui aura lieu samedi midi à Paris. L'événement vise à briser "l'énorme tabou" et "la gène" qui persiste, selon elle, à parler du cancer en France. C'est parce qu'elle a perdu sa meilleure amie à l'âge de 27 ans d'un cancer du colon, maladie qui pourtant se guérit lorsqu'il est pris en compte assez vite, que Karine Lévy-Heidmann a choisi de s'engager ainsi.

EN SAVOIR PLUS - Toutes les informations sur la "Cancerpride" sur le site de l'événement  

  • Légende du visuel principal: Karine Lévy-Heidmann, organisatrice de la première "Cancer pride" dans le studio de France. © Radio France /
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.