Luc Barruet, fondateur de l'association Solidarité Sida et du festival Solidays, est l'invité d'Hélène Roussel.

L'édition 2020 du festival Solidays a été annulée en raison de l'épidémie de Covid 19
L'édition 2020 du festival Solidays a été annulée en raison de l'épidémie de Covid 19 © AFP / Juliette PAVY / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Luc Barruet explique que l'équipe de Solidays, qui a finalement d'annuler l'édition 2020 de son festival, avait envisagé, dans un premier temps, de reporter l'événement, mais  "même aujourd'hui, rien de laisse penser que les rassemblement seront autorisés fin août.", sans compter que, pour lui,"le pire aurait été de reporter puis d'annuler".

"Très nombreux sont les organisateurs se posent la question de savoir s'ils pourront tenir leur manifestation, même les gens qui organisent des mariages de 100 personnes, ce serait bien que le gouvernement prennent position sur le sujet"

Luc Barruet rappelle que ce festival emploie près de 10 000 personnes, a rassemblé près de 230 000 visiteurs l'an dernier pour son record de fréquentation : "Le choc va être dur", y compris pour les associations que la fondation Solidarité Sida aide chaque année : "L'an dernier, on avait levé plus de 3,2 millions".

D'autant que pour Luc Barruet, "l'avenir même de Solidarité Sida et du festival Solidays est menacé", tout comme l'argent récolté pour différents programmes : "L'an dernier on en a financé 108 dont plusieurs en Afrique", en ajoutant que "les associations africaines sont en première ligne pour l'épidémie de Covid 19" : "Imaginez ce que vivent le Burkina ou la République centrafricaine avec cette épidémie, demain, lutter contre le sida sera secondaire par rapport à lutter contre le Covid".

"Ce qui m'interroge, c'est qu'est ce qu'on va faire de cette crise, qui va laisser des séquelles?"

Pour l'avenir du festival, largement remis en question selon son fondateur inquiet : "On a pas 36 solutions, on va essayer de travailler avec les partenaires publics et privés du festival pour que les subventions soient maintenus, que certains festivaliers ne demandent pas l'annulation de leur billet (on en avait vendu près de 65%, plus de 40 000 billets)", mais il assure, "ceux qui veulent [le remboursement] ne seront pas jugés pour autant".

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.