En Guyane la situation sanitaire se détériore, Clara De Bort directrice générale de L'Agence régionale de santé (ARS) de Guyane est notre invitée de 6h20.

Clara de Bort, directrice générale de l'ARS de Guyane, le 30 mars 2021
Clara de Bort, directrice générale de l'ARS de Guyane, le 30 mars 2021 © AFP / Jody Amiet

"Depuis quelques jours, on a une très forte hausse, environ 30 %, des contaminations", explique Clara de Bort. "Et on était déjà sur un plateau assez haut, puisqu'on avait une incidence de 240 cas pour 100.000 habitants, pendant une dizaine de jours, avant cette forte augmentation : on est à 320 cas pour 100.000 habitants, avec des contaminations qui touchent toutes les classes d'âge."

"C'est une forme d'escalier ascendant, on espérait que le palier que nous avions atteint préjugeait d'une redescente, et malheureusement non", regrette la directrice générale de l'ARN en Guyane. "Le dépistage augmente lui-même très fortement, on a dépassé les 10.000 tests en une semaine, un chiffre qu'on n'avait jamais atteint, avec un taux de positivité très élevé, 11 % des tests."

Des services de réanimation renforcés mais proches de la saturation

Côté hôpital, "il y a encore des places en réanimation, grâce au renfort reçu du service de santé des armées". "On a environ une quarantaine de lits de réanimation au total sur la Guyane désormais, nous n'en avions que 13 avant l'épidémie, pour 300.000 habitants. Ce matin, 35 étaient occupés : on voit bien que la situation de saturation est proche. Heureusement, nous avons des durées de séjour qui sont relativement courtes, ce qui permet que certaines sorties rééquilibrent les nombreuses entrées. Mais nous ne sommes pas à l'abri d'une augmentation des admissions en réanimation dans les prochains jours."

"Nous avons un variant qui est plus contagieux [le variant brésilien, NDLR], avec de nombreux clusters il y a quelques semaines qui ne préjugeaient rien de bon, dans des entreprises et des administrations", explique Clara de Bort. "C'est un virus qui est vraiment très installé dans la communauté, et qui se propage très facilement malgré les mesures barrières difficiles à tenir dans la durée." En Guyane, 80 % des contaminations sont liées au variant brésilien, plus contagieux, et 20 % au variant britannique.

Les invités
  • Clara De BortDirectrice générale de L'Agence régionale de santé (ARS) de Guyane
L'équipe
Contact