Le CHRU de Nancy va accueillir des patients Covid de Moselle. Le maire de la ville Mathieu Klein est l'invité de 6h20.

La solidarité s’organise en Lorraine face à l’épidémie de Covid qui touche particulièrement la Moselle : ses soignants de l’hôpital de Nancy sont envoyés en renfort à Metz à partir d’aujourd’hui, et dans le même temps, quelques patients de Metz sont transférés au CHRU de Nancy. "Ce sont 4 à 5 patients accueillis au CHU et une dizaine de personnels soignants", explique Matthieu Klein : "Cette solidarité s'était déjà organisée lors du premier confinement". Pour le maire de Nancy, c'est une  "situation d'échange naturelle et logique, nous sommes en tendance nationale plutôt à la baisse ces derniers jours". 

Il rappelle que le CHRU de Nancy a une vocation régionale de recours et donc accueille tout un tas de patients du Grand Est, sans compter que l'établissement "doit aussi reprogrammer des interventions maintes fois reportées, pour ne pas négliger les autres pathologies" : "Ça va beaucoup mieux qu'à la fin du mois de décembre, mais nous sommes une région ou se trouve un foyer, la situation est en trompe-l'oeil , je suis inquiet et prudent quant à la situation dans les prochains jours". 

"Il y a 60 km entre Metz et Nancy, des dizaines de milliers de personnes circulent, évidemment la prudence est de mise ; le télétravail est une norme avancée, des habitudes ont été prises, il faut rester très fort sur le dépistage" martèle l'élu, qui indique que "la métropole a un niveau de dépistage plus élevé que la moyenne, dépister les cas de variant est un enjeu majeur", poursuit-il en citant une école de sa circonscription, fermée ce matin, dans laquelle un enseignant a été été contaminé par le variant britannique : "Il y a une vigilance soutenue au quotidien".

Les invités
L'équipe
Contact