Marie Dosé, avocate de parties civiles dans le procès Karachi, est l'invitée de Mathilde Munos.

Marie Dosé
Marie Dosé © AFP / KENZO TRIBOUILLARD / AFP

"Nous étions aussi partie civile dans le volet financier" rappelle Marie Dosé qui défend les victimes du volet terroriste de cette affaire aux nombreuses ramifications, et dans laquelle "les victimes considèrent que c'est l'arrêt des commissions qui ont conduit à cet attentat". Elle explique le mécanisme : "Il y a eu des rétrocommissions illégales via un réseau un réseau d'intermediaires sur ces contrats d'armements : ils ne servaient qu'à faire revenir l'argent qui servaient à financer la campagne balladurienne. Des commissions exhorbitantes pour des rétrocommissions qui financeront cette campagne".

"En 2001, au Pakistan on coupe les vivres d'une branches des services secrets d'une  pakistanais qui vont retourner vers les contrats impayés, raison pour laquelle l'attentat a eu lieu. Il y a à la fois l'histoire et le judiciaire."

"Il faut chercher 'qui' et pour cela il faut chercher 'pourquoi'"

"C'est grâce à l'information judiciaire antiterroriste, 7 ans plus tard, qu'on a compris ce système de rétrocommissions" raconte l'avocate.

"Atteinte exceptionnelle à la confiance dans le fonctionnement de la vie publique"

"Ce sont les victimes de l'attentat de Karachi qui ont saisi le volet financier de cette affaire. De 95 ( campagne de Balladur) à 2010, quelques oreilles ont sifflé, mais c'est bien la plainte des victimes qui a permis l'instruction judiciaire et qui a conduit hier les prévenus à être condamnés [par des peines de prison ferme]".

Selon Marie Dosé : "La motivation du jugement est cinglante : les magistrats ont considéré une atteinte exceptionnelle à la confiance dans le fonctionnement de la vie publique

Parmi les victimes, dont certains soulagées et très émues, elle estime que c'est "15 ans de combat pour tous ceux que je défends (...) On a traité ce volet de l'affaire de Karachi avec beaucoup de mépris du coté de la défense, mais tout ceci était vrai."

Les invités
  • Marie DoséAvocate d’une vingtaine de familles d’enfants de djihadistes
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.