Ancien député PS, Laurent Grandguillaume est président de l'association Territoires Zéro Chômeur Longue Durée. L'expérimentation a été lancée en janvier 2017. Laurent Grandguillaume tire un premier bilan et dresse les perspectives de cette expérimentation.

Laurent Grandguillaume
Laurent Grandguillaume © AFP / CITIZENSIDE / PATRICE PIERROT / CITIZENSIDE / CROWDSPARK

Le principe du TZCLD : A l'échelle d'un territoire, sans surcoût pour la collectivité, proposer à tout chômeur de longue durée - plus d'un an - qui le souhaite, un emploi à durée indéterminée et à temps choisi, rémunéré sur la base du Smic. Ceci, dans le cadre d'une entreprise à but non lucratif créée pour la circonstance, en développant et finançant des activités utiles et non concurrentes des emplois existants. 

Dix projets ont commencé à fonctionner courant 2017. Ils emploient environ 400 personnes à ce jour. Ils sont à des stades différents: les plus anciens, Pipriac (Ille-et-Vilaine), Mauléon (Deux Sèvres), et les plus récents en zone urbaine, à Lille, Paris, ou Villeurbanne.

Laurent Grandguillaume : On mobilise les coûts du chômage pour financer des emplois sur des activités nouvelles. On créé des entreprises, il y a une logique économique, notamment autour de la transition écologique. Nous développons des filières bois, du maraîchage, des commerces de proximité, du lien. On compte bien faire en sorte que ces activités deviennent solvables et deviennent autonomes. A Pripiac et Mauléon on espère embaucher tous les chômeurs de longue durée. 

Laurent Grandguillaume rappelle quele coût du chômage  est de  26 000 euros par an et par personne or le coût d'un SMIC c'est 20 000 euros. L'association a repéré une centaine de territoires en France où le dispositif pourrait être appliqué. 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.