Tiphaine Morvan, infirmière à l'hôpital Saint-Louis à Paris, est l'invitée de Mathilde Munos à 6h20. Elle réagit aux nouvelles mesures annoncées par Emmanuel Macron le 16 mars.

L'hôpital Saint-Louis dans le Xe arrondissement de Paris
L'hôpital Saint-Louis dans le Xe arrondissement de Paris © AFP / Julie CHARPENTRAT

"L'intervention du président de la République m'a relativement rassurée", explique Tiphaine Morvan. "Elle était nécessaire pour que les Français prennent conscience de la crise sanitaire que nous sommes en train de traverser. J'ai trouvé qu'il y avait plus d'actions et de mesures pour protéger la population, notamment avec le confinement."

Elle assure qu'à son hôpital parisien de Saint Louis et dans d'autres, il n'y a "pas de pénurie" de masques. Mais "au vu de la crise sanitaire et de l'augmentation du nombre de cas jour par jour, nos stocks vont commencer à être sérieusement impactés. Nous devons réfléchir tous les jours à nos pratiques pour éviter de manquer de matériel. Un masque chirurgical doit être changé toutes les 4 heures environ."

"Respecter les consignes d'hygiène, limiter ses déplacements"

Sur une autre annonce du président, la réquisition de taxis et de chambres d'hôtel pour les personnels soignants : "Je pense à tous mes collègues qui vivent en banlieue ou plus loin, il est primordial d'amener cette aide aux soignants. Ça leur permettra de pouvoir se reposer ou rentrer plus vite chez eux, car on ne sait pas trop comment les choses vont évoluer par la suite."

"Je ne sais pas si Paris ou l'Ile de France vont avoir besoin" d'hôpitaux de campagne, comme dans le Grand-Est, explique Tiphaine Morvan. "Mais il est important de respecter les consignes d'hygiène, le lavage des mains réguliers, et de limiter ses déplacements et de rester chez soi pour une période de 15 jours dans un premier temps."

► ALLER PLUS LOIN - La liste de déplacements autorisés et ceux qui sont interdits

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.