Au lendemain d'une nouvelle journée de mobilisation massive contre la réforme des retraites, et trois semaines après le début d'un mouvement très suivi de blocage dans les transports, Nathalie Verdeil, secrétaire confédérale de la CGT, est l'invitée de Mathilde Munos.

Nathalie Verdeil, secrétaire confédérale de la CGT
Nathalie Verdeil, secrétaire confédérale de la CGT © Radio France / franceinfo

Les syndicats ont voulu mettre la pression sur le gouvernement avant la reprise des discussions ce mercredi à Matignon. Des centaines de milliers de personnes ont manifesté, mardi 17 décembre, contre la réforme des retraites, mais dans l'après-midi à l'Assemblée, le Premier ministre a, lui, répété que "sa détermination était totale" sur la création de ce régime universel des retraites. 

Édouard Philippe a par ailleurs nommé, tard mardi soir, le successeur de Jean-Paul Delevoye, chargé de mener cette réforme: il s'agit de Laurent Pietraszewski, député du Nord, ex-coordinateur du groupe LREM pour la réforme des retraites. Ce dernier, macroniste de la première heure, a fait l'essentiel de sa carrière au sein de la RH du groupe Auchan. 

Pour Nathalie Verdeil, secrétaire confédérale de la CGT, "la détermination des manifestants et grévistes aussi est totale" : "Qu'est ce qu'une carrière complète avec une retraite à point? Plusieurs fois que nous posons la question, et aucune réponse apportée".    

"Il n'y a rien à garder de ce projet de réforme " 

"On a des secteurs où le taux de grévistes est plus élevé que le 5 décembre dernier [au début du mouvement, ndlr]". Mardi, les actions ont aussi pris la forme de barrages filtrants, ports et raffineries bloqués, rassemblements de surveillants de prisons...Mais comment expliquer certaines actions menées, comme ces coupures d'électricité, affectant parfois des foyers, notamment en Gironde et à Lyon, revendiquées par la CGT du gestionnaire du réseau RTE ? "Les salariés choisissent leur modalité d'action : quand la colère monte et qu'on est jamais écouté, on en arrive à des actions de cet type-là", justifie Nathalie Verdeil.

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.