Des chercheurs vont créer une encyclopédie des odeurs du passé, en remontant jusqu'à celles du XVIe siècle, et les présenter dans des expositions dans plusieurs musées d'Europe. L’un de ces ingénieurs-archéologues, Raphaël Troncy, est l'invité de Mathilde Munos.

Des flacons de parfums retrouvés dans un sarcophage et présentés au musée de Bonn (Allemagne) en 2018
Des flacons de parfums retrouvés dans un sarcophage et présentés au musée de Bonn (Allemagne) en 2018 © Getty / Picture Alliance

L'idée est de se replonger dans le passé... en "odorama" : "On se demande tous comment on vivait avant, on avait de le savoir avec des odeurs" explique l’un de ces ingénieurs-archéologues : "On va analyser des textes, images peintures, depuis le XVIe siècle, essayer des références ou des mentions à des odeurs particulières. Par exemple au XVIe siècle, les gens pensaient que l'odeur du romarin pouvait les protéger contre la peste".

Le projet Odeuropa va durer trois ans à partir du 1er janvier 2021, avec 30 à 40 chercheurs, venus de plusieurs pays, entre 7 partenaires européens, avec l'aide de l'intelligence artificielle, en collaboration avec des chercheurs et des historiens d'art. 

"Il va y avoir des programmes informatiques qui vont structurer les données et au-delà des utilisations interactives qui permettront au grand public de redécouvrir des composantes du passé. On va travailler avec des musées pour proposer des parcours olfactifs : devinez quel tableau on vous présente, en fonction des odeurs"

"On sait aujourd'hui re-synthétiser quel parfum Cléopâtre portait" explique Raphaël Torcy, qui rappelle qu'une chercheuse a travaillé sur celle qui, fine chimiste, qui produisait elle-même ses parfums : la science a ainsi réussi à recomposer les fragances portées par la reine.

►Pour suivre l'aventure, un site internet mais aussi les réseaux sociaux, sur lesquels les chercheurs expliqueront les avancées du projet.

Les invités
  • Raphael Troncyenseignant chercheur au sein du département data science à Eurecom
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.