Série : "ils font bouger le monde et les mentalités". Deux semaines durant, France Inter se penche sur les talents de l'innovation qui façonnent l'avenir. Ce lundi, Nicola Delon, architecte, cofondateur du collectif "Encore Heureux-Pour une forme de sobriété architecturale" est l'invité de Carine Bécard.

Nicola Delon, architecte, cofondateur du collectif "Encore Heureux-Pour une forme de sobriété architecturale"
Nicola Delon, architecte, cofondateur du collectif "Encore Heureux-Pour une forme de sobriété architecturale" © Radio France / STEPHANE DE SAKUTIN

Avant l'aire industrielle, les bâtiments étaient encore "frugaux", les constructions étaient conçues avec des matériaux à disposition, proche de ces habitats et de ces villes, raconte Nicola Delon.

"L'enjeu principal, c'est celui des matériaux bio-sourcés, issus du règne végétal ou animal, terre, pierre ou autres, présents à l'état actuel sur notre planète, et qui ont la capacité de se renouveler. Ce rapport à la sobriété est fort de sens, les habitats actuels ont été complexifiés, ce n'est pas un retour en arrière mais une prise de conscience. Les villes actuelles ne sont pas forcément plus adaptées [qu'avant], dans des espaces sur-technologisés" explique l'architecte qui assure qu'on peut aujourd'hui parfaitement vivre dans des maisons en terre : "Il y a encore 2/3 de l'humanité qui habitent dans des maisons en terre, ce sont des techniques qui reviennent avec la technologie contemporaine. 

Il ne s'agit pas d'opposer les matériaux, mais de choisir les bons matériaux, au bon endroit, au bon moment.

"Il faut 20-30 ans pour changer la forme d'une ville. Aujourd'hui, cette vision de progrès est perturbé par la crise écologique. On faut constamment des allers-retours entre le monde tel qu'il est et le monde tel qu'il sera". Nicola Delon y voit "une manière totalement différente d'imaginer les bâtiments publics : on n'a plus les moyens d'avoir autant de bâtiments vides".

La part d'espace verts dans Paris (6 m2 par habitant) est l'un des plus réduites au monde.

"Chaque époque a ses défis, c'est très générationnel. C'est une matière qui est en train d'émerger de la volonté même des étudiants, une autre façon de faire de l'architecture" constate l'architecte.

Les invités
  • Nicola Delonarchitecte, cofondateur du collectif Encore Heureux
L'équipe
Contact