L'Unicef pousse un cri d'alarme sur la situation humanitaire au Yémen : Philippe Duamelle, représentant de l'Unicef au Yémen, est notre invité de 6h20.

Depuis 6 ans, le Yemen est ravagé par une guerre civile : le pays est déchiré entre les rebelles houthis soutenus par l’Iran, et les forces gouvernementales, soutenues par une coalition internationale emmenée par l’Arabie Saoudite. Une guerre dévastatrice pour les 12 millions d’enfants yéménites. 

"Le Yémen reste un enfer pour les enfants et la situation ne fait que s'aggraver, en particulier en 2020" explique Philippe Duamelle : "La pandémie a une incidence similaire à celle des autres pays, mais, au Yémen, plus de la moitié des structures sanitaires ne fonctionne déjà plus". 

"80% de la population au Yémen voit sa survie dépendre de l'aide humanitaire, dont plus de 12 millions d'enfants. On y voit une dégradation des conditions de vie : près de la moitié des moins de 5 ans souffrent de malnutrition aigüe (ils sont 3 millions). Aujourd'hui, il y a une situation de famine, avec des problèmes d'accès à l'eau potable, auquel seulement 1/3 de la population a accès". 

Survie des enfants

Il y a un "problème clair de survie des enfants" : "S'ils ne reçoivent pas une aide d'urgence, ils vont mourir, on a besoin d'aide. S'ils ne souffrent pas de malnutrition, ils vont avoir des séquelles avec lesquelles ils vivront pour le reste de leur vie. Vous avez des enfants trop faibles pour pleurer, certains marchent des kilomètres pour accéder à de l'eau potable, plus de 2 000 écoles ont été détruites, plus de 2 millions d'enfants ne sont pas scolarisés, donc exposés à toute une série de forme d'exploitation et d'abus", dont, pour certains le risque d'être exploités pour la guerre. "Quoique ce soit que l'on puisse faire est important, chaque euro dépensé par nos agences sauve des vies. 

Personne ne peut se permettre de perdre une génération entière d'enfants.

Philippe Duamelle explique qu'on n'observe pas, dans cette zone, de flux de population qui fuit leur pays : la population reste essentiellement au Yémen, où l'on compte 4 millions de déplacés, qui s'en vont, à chaque fois avec un peu moins de choses, "à chaque fois que la ligne de conflit se rapproche". 

  • Légende du visuel principal: Philippe Duamelle représentant Unicef au Yémen © AFP / MEHMET ALI OZCAN / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP
Les invités
L'équipe
Contact