Alors que la Sibérie bat des records de chaleur, Christophe Cassou, climatologue au CNRS, est l'invité de Mathilde Munos.

Il a fait plus de 36° pendant ces derniers jours de juin en Sibérie
Il a fait plus de 36° pendant ces derniers jours de juin en Sibérie © Getty / Anton Petrus

Avec 38° enregistrés ces derniers jours dans la ville de Verkhoïansk, voici une température jamais relevée dans ces hautes latitudes polaires. Le précédent record était de 37,3° en 1988 dans cette même ville. 

Ce record de température est-il surprenant ?

"Cela ne nous étonne pas, nous prévoyons que des records soient battus dans des zones sibériennes. Les zones arctiques se réchauffent plus vite que le reste de la planète" explique le climatologue.

"En Sibérie, la température moyenne est de 20 - 22 degrés, la région est normalement caractérisée par des grandes fluctuations climatiques". 

En hiver, dans ces zones, la température peut en effet descendre jusqu'à -50° et monter en été autour de 35°. 

Peut-on dire que cette température n'a jamais été atteinte auparavant ?

Le fait est que les relevés de températures n'ont démarré qu'en 1885. Donc on ne sait pas si cela est déjà arrivé par le passé. 

Et il explique : "Ces records battus sont cohérents par rapport aux projections que nous faisons [climatologues]. Ils correspondent à la réponse climatique, et donc à l'activité humaine. Cela montre aussi que nous pouvons faire confiance aux projections climatiques que nous faisons (...) Ce genre de projection nous permet d'affiner nos modèles, d'anticiper ce qui va se passer dans le futur de manière un peu plus précise."

Dans ces zones-là, la température va beaucoup augmenter si on ne réduit pas de manière drastique et très rapide nos émissions de gaz à effets de serre.

Ce genre de ville sert-elle de repère ?

"Ce genre de ville nous permet de valider nos modèles et nous permet d'affiner nos modèles sur ces régions-là, et d'anticiper le futur de manière un peu plus précise. 

C'est un ensemble de relevés depuis le début de l'hiver, sur les vagues de chaleur en Sibérie, qui nous font dire que les températures d'aujourd'hui sont cohérentes avec la réponse de l'activité humaine".

La suite à écouter...

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.