Alors que les grandes villes de France se préparent à un épisode précoce de canicule estivale, Amandine Crambes, ingénieure urbaniste à l'agence de l'environnement et la maitrise de l'energie (ADEME), est l'invitée de Mathilde Munos.

Alors que la France s'apprête à traverser une semaine de canicule précoce, en ville, ces périodes de chaleur intense sont souvent plus difficile à supporter. Comment changer les villes pour qu’elles ne soient plus des étuves ? Et à quoi ressembleront les villes de demain ? C’est un défi colossal pour les architectes et les urbanistes. 

Il faut réintroduire la nature en ville

Amandine Crambes, ingénieure urbaniste à l'agence de l'environnement et la maitrise de l'energie (ADEME) évoque des "solutions vertes et bleues" : miser sur la "réintroduction de l'eau et de la végétalisation dans les villes", même par "petits points, tous les 200 m"  

"On peut atteindre jusqu'à 80° à la surface de l'asphalte", explique-t-elle, en affirmant que le taux de mortalité lié aux canicules est plus élevé dans les centres-villes que dans leur périphérie.

Ecoutez aussi

L'Edito carré - Comment refroidir les villes alors que les épisodes de grande chaleur se multiplient ?

  • Légende du visuel principal: Des voyageurs profitent d'une ombrière installée devant la Gare de Lyon, à Paris © AFP / GERARD JULIEN / AFP
Les invités
  • Amandine Crambesingénieure urbaniste à l'agence de l'environnement et la maitrise de l'energie (ADEME)
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.