La Chine s'apprête à lancer une sonde sur la Lune. Philippe Henarejos, rédacteur en chef de la revue "Ciel et espace", est l'invité de de Mathilde Munos.

Des ingénieurs fêtent le lancement de la fusée Chang'e-5 sur la base de Wenchang dans la province du Hainan au sud de la Chine, Nov. 24, 2020
Des ingénieurs fêtent le lancement de la fusée Chang'e-5 sur la base de Wenchang dans la province du Hainan au sud de la Chine, Nov. 24, 2020 © AFP / JIN LIWANG / XINHUA / Xinhua via AFP

La Chine prête à décrocher réellement un petit bout de la Lune : une mission partie lundi  soir, et qui doit revenir dans moins de 3 semaines, doit rapporter des échantillons de roches lunaires avec l'aide d'un robot. C'est la première opération du genre depuis plus de 40 ans. 

"Le temps d'aller sur place, faire les expériences, et revenir, c'est une dizaine de jours. Ici c'est une sonde complexe, qui fait plus de 8 tonnes et se divise en 4 modules. L'engin est sur la bonne trajectoire et devrait arriver d'ici 4 jours" explique Philippe Henarejos, rédacteur en chef de la revue "Ciel et espace".

"Ici un module va se détacher, se poser sur la surface de la lune, puis une pelle et une foreuse vont récupérer environs 2 kg de matières, puis repartir pour la terre, pour arriver vers le 6 décembre"

"En 1976, la dernière mission de ce type était soviétique, et il y a eu beaucoup d'échec,  là il y a une technologie très au point, très pointue"

Pas de robot à roulettes qui vont se balader cette fois, et "la zone visée est une zone volcanique très jeune, un peu mystérieuse pour les scientifiques. Pour l'instant, il n'y a que 9 sites déjà visités, à partir desquels les scientifiques ont écrit l'histoire de la lune et des planètes. Cette fois, il y aura des caméras pour voir les échantillons, contrairement à ce qui se faisait par le passé, avec des prélèvements à l'aveugle". 

"La Chine commence à faire partie des nations qui comptent" dans la recherche spatiale ; et "l'Europe réussit de belles missions scientifiques, après, la quantité de sondes envoyées dépend du budget attribué" rappelle Philippe Henarejos.

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.