1 café 3 questions à Francette Popineau, secrétaire du SNUipp (Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC).

Sortie du conseil des ministres Jean-Michel Blanquer Ministre de l"Education nationale
Sortie du conseil des ministres Jean-Michel Blanquer Ministre de l"Education nationale © Maxppp / Frédéric Dugit

Francette Popineau représente les enseignants dans le primaire.

Le dédoublement des classes de CP dans les quartiers défavorisés

Francette Popineau : C'est une bonne mesure qui part d'une bonne idée. Les effectifs ont vraiment une incidence sur les résultats des élèves. Nous contestons le fait que cette mesure devient l'alpha et l'omega de tout. La dotation pour la rentrée 2018 ne suffira pas à faire le dédoublement des CE1 et des CP en REP. Donc on ira prendre dans des caisses déjà vides. On aura des difficultés à scolariser les moins de 3 ans, et embaucher des personnels spécialisés. 

Les tests :  pas de retour sur les évaluations

Francette Popineau : Pour les enseignants pas de problème pour prendre la température des élèves, mais ce qui est difficile ce sont les obstacles aux apprentissages de certains enfants qui vont au-delà des compétences pédagogiques des enseignants. On n'a pas de réponse sur l'aide à apporter une fois les constats faits.

Musique, uniformes etc...

Francette Popineau : Blanquer aime bien lancer comme cela des ballons d'essai... ces mesures n'apportent rien par rapport au fait qu'on a un système inégalitaire et défaillant dans certaines disciplines. En France seule la blouse a existé et non l'uniforme. On peut la remettre, mais ça n’empêchera pas la diversité, ni le besoin de régler les questions de laïcité. Jean-Michel Blanquer est habile, il surfe sur l'anxiété des familles mais nous on attend plus. Comment va t il aider les enfants à réussir ? En toute chose il faut considérer la fin, comme dit La Fontaine. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.