Faut-il craindre la propagation en France du coronavirus chinois ? La ministre de la Santé parle de six cas suspects en plus des trois avérés : "Rien d'inquiétant", assure Yazdan Yazdanpanah,chef du service maladies infectieuses à l’hôpital Bichat et expert auprès de l'OMS.

Si la France est le seul pays européen où des malades du coronavirus chinois ont été détectés, il ne faut semble-t-il pas craindre de développement du coronavirus chinois, explique Yazdan Yazdanpanah, chef du service maladies infectieuses à l’hôpital Bichat, directeur de l’institut d’infectiologie à l’Inserm et expert auprès de l’Organisation mondiale de la santé. 

Six cas suspects, en plus des trois cas avérés, ont été détectés a expliqué dimanche soir la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. "Ce n'est pas inquiétant puisqu'ils sont à l'intérieur des hôpitaux où il y a des dispositifs d'isolement", estime Yazdan Yazdanpanah. Le professeur estime que si "beaucoup de maladies font beaucoup plus de morts", il comprend l'inquiétude ambiante pour ce virus "inconnu". "C'est légitime de s'organiser face à une maladie dont on ne connaît pas l'évolution", ajoute-t-il tout en étant rassurant. 

S'il n'y a pas de traitement spécifique ou de vaccin contre ce virus, "on peut proposer un traitement symptomatique, avec de l'oxygène face aux difficultés respiratoires, des antibiotiques face aux surinfections" détaille le médecin. "Par rapport à 2002 où l'on a mis quatre mois à identifier un virus, on a fait beaucoup de progrès, même si l'on peut toujours mieux faire", explique encore M. Yazdanpanah. 

Rapatriement : "Logique et normal de rapatrier ces ressortissants"

Concernant les Français qui pourront être rapatriés, comme l'a annoncé la ministre de la Santé dimanche soir, "ce sont des gens qui ne sont pas malades mais qui viennent d'une zone d'épidémie mise en quarantaine" et il est "logique et normal de rapatrier ces ressortissants", estime le professeur Yazdanpanah. "Mais on ne peut pas laisser les gens dans la nature, ils vont être en quarantaine quelque part pendant 14 jours, durée de l'incubation de la maladie". 

Si l'on revient d'une zoned'épidémie et que l'on a des signes respiratoires de la fièvre, il ne faut surtout pas aller aux urgences, "parce que c'est comme ça que l'on transmet la maladie". "Il faut appeler le centre 15 qui va organiser un transport sécurisé vers l'hôpital pour sécuriser le malade", explique encore le médecin. 

Yazdan Yazdanpanah détaille enfin que la transmission se fait "par voie aérienne, en toussant, en éternuant, en crachant". "Les choses importantes à faire sont de se laver les mains quand on est malade ou se laver les mains", détaille-t-il. Mettre un masque de manière préventive, est "inutile", juge-t-il. 

  • Légende du visuel principal: Le professeur Yazdan Yazdanpanah, chef du service maladies infectieuses à l’hôpital Bichat, directeur de l’institut d’infectiologie à l’Inserm et expert auprès de l’Organisation mondiale de la santé © Radio France / France Inter
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.