Julien Pontes, porte-parole du Collectif Rouge Direct, lanceur d'alerte contre l'homophobie dans le sport et ancien président du Paris Foot Gay, est l'invité de Mathilde Munos.

"Les prises de position de la ministre ont été positives" concèdent Julien Pontes en évoquant les déclarations de la ministre des Sports Roxana Maracineanu.  

"C'est sympathique, le folklore, mais l'homophobie, c'est un délit (...) Pendant longtemps, la LFP nous a répondu qu'elle misait tout sur la sensibilisation, manifestement, ça ne marche pas" poursuit le porte-parole du Collectif Rouge Direct : "C'est aux clubs de recenser et sanctionner des chants homophobes". 

Ce dernier estime que "l'homophobie dans le foot et chez les supporters, c'est minoritaire. Un tiers seulement pose problème, c'est ceux-là qu'il faut cibler (...). Il faut qu'ils soient punis par la loi et interdits de stade, il faut responsabiliser les clubs." 

"L'homophobie tue. [L'homosexualité] est passible de la peine de mort dans 11 pays, tandis que les violences physiques contre les personnes LGBT sont en augmentation de 15% : on peut pas prendre ça à la légère, les insultes à caractère homophobe sont recensées quotidiennement."

La vie sociale est saturée de foot  : ça facilite le passage à l'acte.

  • Légende du visuel principal: Des supporters du PSG brandissent des pancartes contre le racisme et l'homophobie © AFP / JACK GUEZ / AFP
Les invités
  • Julien PontesPorte-parole du Collectif Rouge Direct , lanceur d'alerte contre l'homophobie dans le sport et ancien président du Paris Foot Ga
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.