Avec la perspective d'un troisième confinement et son effet sur le moral des Français, Patrice Huerre pédopsychiatre des hôpitaux et psychanalyste répond aux questions de Mathilde Munos

Patrice Huerre
Patrice Huerre © AFP / Leemage

Les contraintes révèlent les particularités et les fragilités de chacun, cela provoque révolte ou dépression chez nos concitoyens, selon Patrice Huerre. "Certains pourront sortir de leurs gonds, mais ce qui m'inquiète plus c'est ceux qui vont cloisonner leur imagination et leur esprit pour ne pas trop souffrir", dit-il.

Il y a une augmentation des demandes pour des prises en charge d'état d'angoisse. "Pour ceux qui le demandent, on est saturés dans nos dispositifs de santé mentale. E puis il y a ceux qui ne demandent pas d'aide, et qui n'ont plus du tout de sens de l'avenir. C'est moins visible et nous aurons à le payer dans un temps différé." 

"Je vois de plus en plus de personnes qui s'auto-confinent psychiquement, ils sont dans un état d'enfermement sur eux-mêmes. Ils n'ont même plus envie de téléphoner à leurs amis. Ils se sont adaptés à une sorte d'hibernation des esprits". 

Cela touche plus les âges de vulnérabilité, les tout petits, les enfants, les adolescents et les jeunes adultes. 

"Ce serait une catastrophe de fermer les écoles"

Selon lui, rouvrir les lieux culturels sera essentiel pour permettre à tous d'aller mieux. 

Les invités
L'équipe
Contact