Benoit Gilles est rédacteur en chef de Marsactu, site internet indépendant consacré à l'actualité de Marseille qui a enquêté sur les logements insalubres de la ville. Il est l'invité de Laetitia Gayet.

Immeubles de la rue d'Aubagne à Marseille
Immeubles de la rue d'Aubagne à Marseille © AFP / GERARD JULIEN / AFP

C'est une enquête minutieuse de plusieurs mois que livre ce matin le site Marsactu, (en partenariat avec Mediapart, la Marseillaise et Le Ravi), un an après l'effondrement des immeubles de la rue d'Aubagne à Marseille, qui avait causé la mort de huit personnes : le site a ainsi croisé des données de terrain et les formalités hypothécaires, pour recenser, dans le 1er et 2ème arrondissement ( l'hyper-centre) 68 immeubles insalubres dont la ville est - ou a été - propriétaire. Benoit Gilles cite ainsi l'exemple de cet immeuble dans le Panier, centre historique qui a vu naître la ville : au 28 rue des Accoules, le bâtiment est à ciel ouvert, sans toit, et a fragilisé les immeubles voisins dans la rue, qui a été fermée, avec une école à proximité.  Ici, "le bien municipal met en péril les habitations autour " explique le journaliste.

"Toute la question porte sur le désintérêt de ce patrimoine, en rapport avec la population qui y vit, mais aussi sur une forme d'incurie à l'égard de la direction qui gère ce patrimoine" 

La ville de Marseille a mis en oeuvre une vaste politique de restauration immobilière dans une grande part du centre ville, mais sans vérifier l'effectivité des travaux, explique le rédacteur en chef de Marsactu : "La ville a parfois acheté pour faire ces travaux, puis n'a rien fait". Dans ce cas, où est allé l'argent promis pour ces restaurations?  "Il y a de grands bénéficiaires/ profiteurs de ce système qui a laissé pourrir sur pied des immeubles de Marseille" poursuit Benoit Gilles, "la ville maintient une opacité sur son patrimoine".   

L'enquête est à charge contre le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin : pour Benoit Gilles, il s'agit surtout de montrer "la manière dont il est resté indifférent par rapport au coeur historique de Marseille (...) À Marseille, on abandonne des pans entiers de la ville".  

"Un an après le drame de la rue d'Aubagne, on espère que la métropole agira de manière plus efficace, mais les deux collectivités ne se parlent pas", déplore enfin le rédacteur en chef du site d'actualité, qui pressent que "beaucoup de questions seront réglées après le départ de Jean-Claude Gaudin".

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.