Alors que les obsèques de l'ancien président de la République Jacques Chirac, seront célébrées ce lundi aux Invalides, Marc Tronchot, auteur de "Les présidents face à Dieu" (Calmann-Lévy) est l'invité de Mathilde Munos dans le 5/7 de France Inter.

Marc Tronchot rappelle que Jacques Chirac "n'était pas une grenouille de bénitier, pas un athée non plus, pas un agnostique" mais qu'il avait peut-être même plusieurs fois, ce n'était pas un monothéiste, pas l'homme d'un seul Dieu".

L'auteur est revenu sur son passage à l'abbaye de Solesmes (Sarthe), après sa démission du gouvernement en 1976, comme un "héritage de Pompidou". L'héritage laissé par sa famille, sur la question de la religion, était déjà "très intéressant, avec des grands-parents instits 'bouffeurs de curés'", mais aussi une mère très croyante : "Le rabbin Korsia ou Dalil Boubakeur parlent de lui en terme très chaleureux", souligne Marc Tronchot, qui rappelle aussi que l'ex-président a refusé de mentionner les racines chrétiennes d'Europe dans la constitution européenne. Jacques Chirac, selon ce dernier, "se méfiait des religion, qui étaient pour lui facteur d'intégrisme" : "Il a mis sur un pied d'égalité toutes les religions, pendant tous ses mandats." 

Il avait "une sincère admiration pour les hommes religieux, mais pour les hommes avant tout". Et, pour commenter cette journée d'obsèques, Marc Tronchot reste persuadé que "l'hommage à l'église Saint- Sulpice n'est pas forcément ce qu'il aurait demandé".

  • Légende du visuel principal: Une femme rend hommage à Jacques Chirac, au Palais de l'Elysée où un recueil de condoléances a été mis à la disposition du public. Paris, 28 septembre 2019. © AFP / Marie Magnin / Hans Lucas
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.