26 œuvres béninoises seront exposées au Quai Branly du mardi 26 au dimanche 31 octobre avant d'être restituées à leur pays d'origine : Bénédicte Savoy, universitaire et historienne de l'art, autrice du rapport Restitution du patrimoine culturel africain- Vers une nouvelle éthique relationnelle

"C’est la première fois qu’un pays européen, ancienne puissance coloniale comme la France rend un ensemble si important à un pays d’Afrique" explique Bénédicte Savoy, historienne de l'Art auteur d'un rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. À partir de ce mardi, le musée du Quai Branly expose 26 œuvres béninoises qui seront restituées

"C’est la première fois qu’un pays européen, ancienne puissance coloniale comme la France rend un ensemble si important à un pays d’Afrique. On peut dire que l’on est face à un évènement historique sans précédent" clame Bénédicte Savoy. "Elles ont été réclamées depuis longtemps par la république du Bénin. C’est le fait d’un pillage militaire puissant, c’était un trophée de guerre. Il n’y a pas eu de consentement au moment de leur départ."

Invité de France Inter, Bénédicte Savoy rappelle que ces "objets sont des sculptures dont certaines sont de très grande tailles. Elles représentent des personnages à tête d’animal et avec un corps humain. Elles ont des puissances magiques et devait protéger le roi."

"Depuis la remise de notre rapport, plusieurs pays africains du nord du Sahara ont préparé des listes de demande de restitution. Il s’agit d’œuvre qui sont parties pendant la période coloniale."

  • Légende du visuel principal: Vitrines de la collection Abomey du musée © Cyril Zannettacci / musée du quai Branly
Les invités
Contact