Hervé Le Tellier, écrivain, lauréat du Prix Goncourt, auteur de "L'anomalie" (Gallimard), est l'invité de 7h50.

C'est un prix Goncourt étrange dans une période étrange, reconnaît l'auteur : "Je n’avais pas du tout anticipé le moindre prix, mais je reconnais qu’il a une consonance assez étonnante dans une année qui a été une bizarrerie totale."

Comment a-t-il vécu le fait de ne pas avoir de remise de prix "classique", en plein confinement, mais une remise à distance sur Internet ? "J’ai évité cette situation un peu embarrassante où l’on est face à une forêt de micros et on ne sait pas quoi dire ! J’étais face à mon petit écran, je savais un peu plus quoi dire parce que je n’étais pas impressionné par la déferlante médiatique… Pour ma part, je ne m’en plains pas. En plus, je n’ai pas d’élément de comparaison : on ne l’a qu’une fois, le Goncourt !"

"J’étais dans les salons de ma maison d’édition, j’attendais chez Gallimard le résultat. Certains étaient regroupés à un endroit, mais ç’aurait été horrible que deux doivent partir sans l’avoir eu."

Il a reçu ce prix avec "une sorte de sidération". "Comme on passe 4 semaines à attendre, parce que le prix a été décalé d’un mois, on fait des calculs dans sa tête, et quand ça arrive on est étonné quelle que soit l’issue."

"Qu'on ait envie de tourner les pages, ça ne me paraît pas contradictoire avec la notion de livre !"

"J’ai été étonné d’une sorte d’unanimisme de la critique" à la sortie de son roman. "J’ai écrit un livre qui est une fiction, avec un désir de rentrer dans les codes du “page-turner”. Mais l’idée qu’on ait envie de tourner les pages, ça ne me paraît pas contradictoire avec la notion de livre ! J’ai envie d’écrire un livre qui soit soumis à des règles de relance intérieure, qu’on ait envie à chaque fin de chapitre de commencer le suivant."

C'est un livre où il se passe quelque chose de surprenant, mais ce n'est pas pour autant de la science-fiction, selon Hervé Le Tellier. "C’est une expérience de pensée : ça pourrait se produire et pourquoi ça pourrait se produire ? J’aime pas les contes de fée ou le fantastique, je voulais que ce soit réaliste. J’ai trouvé une option dans mes souvenirs : celle de l’hypothèse de Nick Bostrom, un philosophe d’Oxford, qui a émis l’hypothèse que nous étions tous dans une grande simulation. Cette idée tient assez bien lorsqu’on l’examine de près !"

  • Légende du visuel principal: Hervé Le Tellier, lauréat du Prix Goncourt © AFP / Thomas SAMSON / AFP
Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.