William Bourdon, avocat, président-fondateur de l’association Sherpa, est l'invité d'Alexandra Bensaid à 7h50.

L'état d'urgence prend fin, ce mercredi 1er novembre pour être remplacé par une loi antiterroriste. Un régime d'exception, adopté le soir des attentats du 13-Novembre mais qui, pour l'avocat Me William Bourdon, contribue à bafouer un certain nombre de principes.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Car l'État d'urgence, assure-t-il au micro d'Alexandra Bensaid, a faussé la vision des Français quant à leur sécurité. La France, rappelle Me Bourdon, était déjà le pays d'Europe à disposer du plus gros arsenal législatif contre le terrorisme avant les attentats de 2015.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

William Bourdon a notamment dénoncé l'idée sous-jacente diffusée par les politiques français qu'au motif de la sécurité, on pouvait peu à peu déroger à la convention européenne des Droits de l'Homme.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Impliqué dans la question du retour de djihadistes sur le territoire français, parce qu'il défend une famille qui s'était installée en territoire occupé par l'organisation État islamique, William Bourdon a dénoncé les propos de la ministre des Armées Florence Parly qui laisser sous-entendre son indifférence à une "peine de mort larvée", en cas décès de ressortissants français dans les combats contre l'EI.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

  • Légende du visuel principal: L'avocat William Bourdon © AFP / Joël Saget
Les invités
L'équipe
Contact