Jean-Philippe Rémy, journaliste au Monde et auteur de la série "La guerre au Yémen" publiée cette semaine dans le quotidien répond aux questions de Pierre Weill.

Jean-Philippe Rémy correspondant régional en Afrique pour le journal Le Monde
Jean-Philippe Rémy correspondant régional en Afrique pour le journal Le Monde © AFP / Yvan Rukundo / ANADOLU AGENCY

Le reporter Jean-Philippe Rémy livre ce mercredi matin les coulisses de son séjour au Yémen pour suivre le conflit qui fait rage depuis mars 2015 sur l'ensemble du territoire.

Pas de "villes réduites à l'état de ruine", comme en Syrie, mais un conflit rude et totalement occulté du monde, principalement parce que le Yémen demeure très isolé, de part sa position géographique et sa faible politique d'ouverture au monde.

► LIRE SUR LE MONDE | Les enjeux d’une guerre occultée (lien payant)

Situation politique inextricable et épidémie de choléra

Des chefs de guerre qui permettent de mieux comprendre l'origine du conflit : aux racines de celui-ci, on trouve l'histoire récente du Yémen, avec une ville comme Aden, au sud du Pays, point d'entrée de la modernité, qui s'oppose à des villes plus au nord sous l'influence et la pression d'acteurs régionaux tels que l'Arabie Saoudite.

La complexité des ramifications du conflit rend difficilement possibles les médiations pour terminer cette guerre. Et pendant ce temps, raconte Jean-Philippe Rémy, la situation sanitaire et sécuritaire décline partout dans le pays, jusqu'à voir une épidémie massive de choléra sur le territoire yéménite.

► REVOIR | Jean-Philippe Rémy au micro de Pierre Weill

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.