Le vice-président du Front National, Florian Philippot, est l'invité d'Alexandra Bensaid.

Florian Philippot aux Assises Presidentielles du Front National au Centre des Congres de Lyon
Florian Philippot aux Assises Presidentielles du Front National au Centre des Congres de Lyon © Maxppp / Aurelien Morissard

Le numéro 2 du FN estime que la justice "est laxiste, il suffit de voir l'un de ses principaux syndicats, le syndicat de la magistrature (...) qui appelait récemment à manifester contre la police avec les racailles". Mais sur l'affaire des assistants parlementaires du FN au Parlement Européen, il précise : "ne pas se soumettre à un calendrier qui apparaît comme extrêmement politique, cela n'a rien à voir".

Florian Philippot maintient que Marine Le Pen répondra à la convocation des juges "après les élections", alors qu'elle avait demandé l'ouverture d'une information aux juges sur ce dossier il y a plus d'un an :

"Depuis, février 2016, ils ont laissé traîner", poursuit-il.

Sur le maintien de François Fillon dans la campagne, malgré sa prochaine mise en examen :

"Pour le débat public, il faut que nous ayons un vrai débat de fond. La présidentielle ce n'est que tous les cinq ans".

Florian Philippot ne demande pas de trêve judiciaire, mais que le calendrier ne soit pas "suspecté d'être arrangé en faveur d'une candidature, en l'occurrence celle qui incarne la succession du Hollandisme", dit-il, en évoquant le candidat Macron.

Les invités
L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.